Les origines du football dans les « Shops Angus » à Montréal.

Comme un peu partout à travers le monde, les britanniques sont à l’origine de la présence du soccer-football au Canada et notamment sur le site des ateliers Angus à Montréal au début du 20e siècle par le biais du club sportif C.P.R.A.A.A.

logo-cp
Logo 1898 – 1929

Le C.P.R.ANGUS A.A.A. (CANADIAN PACIFIC RAILWAY ANGUS AMATEUR ATHLETIC ASSOCIATION) était un club sportif et également une association de loisir.  Il était situé dans le quartier Rosemont sur le site des ateliers ferroviaires Angus du Canadian Pacific Railway à Montréal.

Après la construction des ateliers Angus en 1904, le club fut fondé le 5 août 1909.

Les motivations officielles du C.P.R. étaient de développer l’esprit de corps des employés et de réunir sous une seule identité, toutes les activitées pratiqués par les employés à Montréal.

Il est tout de même possible de soulever la grève de 1908, une des plus imposante de l’histoire du Canada à ce jour, comme un élément déclencheur de la création du club.  Fut-il constituer afin d’occuper et de surveiller les employés lors de leur temps libre?  Faisait-il écho à une nouvelle approche dans les relations de travail, le « Welfarism », comme le dénote si brillamment l’auteur Gaétan Nadeau dans son livre: « Angus, du grand capital à l’économie sociale« ?  L’amélioration des conditions de vie et de travail, qui était prôner par les dirigeants du C.P.R., amènerait-il en retour une plus grande loyauté de leurs employés?  Toutes ces questions soulevées sont peut-être à l’origine du club C.P.R.A.A.A.

Dans le livre : « FIFA 1904-2004, le siècle du football » les auteurs soulignent que les britanniques n’avaient pas pour objectif de diffuser le football, leur jeu, dans d’autres pays au début du 20e siècle.  En réalité, le football était d’abord pratiqué au sein du groupe de Britanniques installés à demeure à l’étranger pour leurs affaires. Dans ces pays, le football était réservé presque qu’exclusivement aux citadins et concernait l’élite sociale.  Cette élite urbaine était très sensible à l’image de modernité incarnée par la Grande-Bretagne.  Par contre, au même moment de sa diffusion mondiale, le football, en Grande-Bretagne, était déjà le jeu de la classe ouvrière.  À Montréal, le soccer-football est incarné par les ouvriers de grandes entreprises d’origine anglo-saxonnes, des sociétés de bienfaisance à consonance nationale et des étudiants d’universités anglophones. Outres le C.P.R., les entreprises du Grand Trunk (par la suite C.N.R.) du Canadian Vickers, du Canadien Car and Foundry et les sociétés Sons of England et Sons of Scotland se disputent régulièrement les championnats.

Malheureusement, la section soccer-football cessa ses activités en 1932 après plusieurs années glorieuses lors de la décennie de 1920.  La crise économique de 1929 sonna le glas du « Angus Eleven ».

Le club sportif disparu selon toute vraisemblance en 1956.

Ces deux éléments feront l’objet de prochains articles à paraître. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *