Deux ex-gardiens du « Angus Eleven » s’affrontent dans le derby de la « Old Firm »

Pour un fan de soccer, le derby de la « Old Firm » de Glasgow en Écosse représente un incontournable annuel de ce que le vieux-continent à de mieux à nous offrir en matière de culture foot.

celtic

rangerslogoRangers FC vs Celtic FC

Cette affiche existe depuis 1888!

J’ai toujours adoré regardé ces matchs ou la passion et l’intensité des supporters dans les tribunes du Ibrox ou du Celtic Park est exacerbé à son extrême. Chaque action, erreur, faute et but est soit acclamé par une foule en liesse au bord du paroxysme ou bien est reçu dans un concert de vacarme, d’huée et de bousculade dans les estrades.  Mais ce derby représente pour plusieurs écossais une sombre lutte à finir entre protestants et catholiques.  Cette rivalité se voit très biens dans les tribunes par l’opposition entre les drapeaux de « l’Union Jack » et celui du tricolore irlandais. Sur le terrain, nous en sommes à plus de 400 matchs disputés entre les deux clubs rivaux de la rivière Clyde.  Les Rangers disposent toujours d’une légère avance d’une douzaine de gains sur ses rivaux de Glasgow. Mais cette rivalité n’a pas toujours existé en ces termes.  Ainsi serait né le nom du derby: « Old Firm ».  Tiré d’un article de presse relatant la première confrontation entre les deux clubs, on pouvait y lire que l’ambiance sur le terrain semblait si détendue que l’on aurait pu imaginer que les joueurs étaient de vieux amis (old firm friends – https://fr.wikipedia.org/wiki/Old_Firm).

En effectuant ma recherche sur le club du C.P.R.A.A.A., j’ai fait cette merveilleuse découverte avec le gardien Joe Kennaway, 265 fois titulaire pour le Celtic FC et précédemment gardien étoile de la Montreal League avec le club des ateliers Angus. Cependant, j’étais loin de m’imaginer qu’un second gardien ayant évolué dans les « Shops » aurait également fait carrière du côté de Glasgow.

George Jenkins, après un début de carrière comme avant-centre avec les Montreal Maroons, se joint à un club de rangersla American Soccer League (A.S.L.) à New York (Indiana Flooring).  À ce moment, il se blesse sérieusement au genou, ce qui l’empêche de continuer sa carrière d’attaquant. Il revient à Montréal, dans le quartier Rosemont ou il se transforme en gardien de but, avec le Rosemount Rangers puis avec club Iberville en 1931( Les deux clubs évoluent au « Rosemount Grounds » (actuellement  le parc Rosemont / intersection Iberville et Dandurand) dans la Montreal League.  Ses bonnes prestations sont sûrement à l’origine de sont arrivé avec le   C.P.R.A.A.A. de la National League lors de la dernière saison du club de soccer en 1932. Ayant engrangé une solide réputation, il rejoint le Carsteel en 1933 et quitte pour l’Écosse lors de cette même année.

Ainsi, lors de ma lecture de la Montreal Gazette daté du 11 novembre 1933, le journaliste écrit que l’embarquement pour Glasgow survient ce même jour depuis le port de Montréal à bord du Duchess of Atholl.  George a duchess_of_athollen poche une entente pour un mois d’essaie avec le prestigieux club protestant de Glasgow.  Plusieurs fans et observateurs du soccer local montréalais croient aux chances du joueur de percer l’alignement des « light blues », et ce, avant même le jour de Noël.

Le 23 décembre 1933, il débute son premier match professionnel avec les Rangers face au club Airdrieonians dans la ligue écossaise.  Il joua un total de 105 matchs avec le club entre les saisons 1933 et 1945.  Lors de cette période, deux rencontres prirent cependant une signification particulière…

Derby de la « Old Firm« –

1934-01-01

Une semaine après son premier match, Georges Jenkins affronte Joe Kennaway lors du derby du 1 janvier 1934 à Parkhead (Celtic Park) devant une foule de 40 000 personnes. Le match est âprement disputer dans des conditions météorologique exécrable et se termine dans un verdict nul de 2 à 2.  Selon les journaux locaux écossais, ces deux anciens portiers des « Shops Angus » se sont distingués dans ce premier match du derby de la « Old Firm ».

1938-01-01

Le second match entre ces deux représentant du soccer montréalais survient le 1er janvier 1938 à Parkhead devant ce qui constitue encore, un record d’assistance au Celtic Park (83 500 personnes).  Le chiffre avancé par les journaux de l’époque était de 92 000.  En fait, plusieurs milliers de spectateurs n’ont pu entrer dans l’enceinte ce jour là, et faisaient toujours la queue lors du début du match. Les policiers à chevaux et à pied avaient une misère folle à contrôler tous ces gens.  Une cinquantaine de personnes ont même dû être évacuer en ambulance, sans conséquence tragique par contre.

Le match, qui débuta avec huit minutes de retard (dû à la foule nombreuse) démontra la supériorité des « bhoys » du Celtic.  Ils dominèrent tous les aspects du jeux.  Malgré une performance plus qu’honorable de la part du gardien et de la ligne défensive des Rangers, ceux-ci n’était qu’une pâle figure de l’équipe qu’elle fut jadis.  Un journaliste du Scotsman décrit la prestation des ex-gardiens du « Angus Eleven » en ces termes: Jenkins dans un saut de haute voltige, effectua un arrêt miracle avec une seule main sur le tir puissant de Crum (Johnny Crum). Kennaway, de son côté, arracha la terre, lorsqu’il plongea pour effectuer un arrêt réflexe surprenant devant le tir qualifier de « coup de tonnerre » (Thunderbolt) du joueur McPhail.  Ce qui déconcerta et laissa bouche bée le joueur des Rangers.

Le score se conclu par la marque de 3 à 0 pour les receveurs.  Un journaliste n’hésita pas de préciser que la tenue des deux gardiens de Glasgow était au-dessus de tout reproche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *